REPORTAGE PHOTO DANS LA FROMAGERIE DE LA DRÔME

Suite à une première collaboration, en 2021, avec les Laiteries H. Triballat, j’ai eu le plaisir de me rendre dans la Drôme ce printemps pour photographier une de leurs fromageries, spécialisée dans la production du Picodon.

Ce petit palet de 60g, fabriqué à partir de lait cru entier de chèvre, regorge d’une richesse subtile de saveurs, et bénéficie du label A.O.P (appellation d’origine protégée).

Missionné pour valoriser la qualité authentique et artisanale du Picodon à travers le savoir-faire des fromagers, je me suis investi, sur deux journées, pour photographier les diverses étapes de la fabrication.

De l’arrivée du lait, en passant par les phases du caillage, moulage, salage, puis ressuyage, et séchage, pour terminer par l’emballage, j’ai observé, admiratif, le travail d’une petite équipe expérimentée, qui assure une production efficace et rythmée. J’ai saisi sur le vif, vaille que vaille, ces gestes techniques – les célèbres « tours de mains » qui définissent le travail du fromager.

ETAPES DE LA FABRICATION


Parfois, j’ai demandé aux collaborateurs d’interrompre leur tâche, le temps de réaliser leur portrait, face caméra. Ces moments de pause et de pose ont permis de faire apparaître une certaine fierté chez ces personnes, peu habituées à être mises en lumière.

PORTRAITS DES COLLABORATEURS

Bien que je sois devenu un vrai gourmand de fromages, surtout depuis mon installation en France, je suis loin d’être suffisamment renseigné sur sa typicité.
Je préfère donc citer le site web officiel du Picodon :
« Il puise son goût si délicatement parfumé dans le climat aride et chaud de son pays. Ancré dans ses traditions populaires et son terroir, le Picodon nous parle de soleil, de rocaille, de foin odorant et de coteaux escarpés. »

Ou encore le directeur de la fromagerie, Sébastien Danger, qui souligne ses saveurs « de noisette » et nous précise sa durée d’affinage de 12 jours.

Pour traduire en images, la notion d’un fromage ancré dans son terroir, j’ai aussi trouvé essentiel que mon reportage intègre des clichés du remarquable paysage environnant.
Même si la lavande n’était pas encore en fleurs, la beauté authentique et sauvage de la région se dévoilait magnifiquement en ce jour printanier.

Je suis rentré à Nantes, totalement ressourcé par ce court séjour en contrée inconnue, plus riche d’avoir découvert le goût savoureux du petit fromage qui fait la fierté de l’atelier de Aouste-sur-Sye. Le Picodon a d’ailleurs connu l’honneur de voyager dans l’espace en 1996, grâce au spationaute Jean-Jacques Favier qui en dégustait un chaque jour pendant ses 15 jours de voyage!

Mes remerciements vont à Sébastien et son équipe qui m’ont accueilli si chaleureusement, ainsi qu’à Caroline, cheffe de produits Fromageries chez Laiteries H. Triballat, pour m’avoir guidé dans les moments importants de la réalisation des prises de vue.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *